CHAMANISME ET PRATIQUES CHAMANIQUES

 

Le chamanisme est une vision sensible et expérimentale de la manière dont le Vivant prend sa place à travers l'Homme et tous les règnes de la Nature (eau, air, terre, feu, esprits, animaux, végétaux, minéraux, terre, éther,...)

C'est un mode de vie ainsi qu'une manière de souder la société humaine à travers sa relation au monde par l'implication de chacun, où tous ont leur place, en interaction et en résonance permanente.

 

Le chamanisme permet de comprendre et de sentir comment l'univers est entièrement compris dans l'Humain, repris par ailleurs, par de nombreuses traditions, notamment hermétiques et alchimiques, mais également par les sciences modernes.

 

La notion de roue chamanique indique comment tout est circulaire (comme l'économie solidaire) et comment tous les règnes se situent sur le même plan, au même niveau d'importance, qui permet une coopération équitable pour tous.

 

Elle offre un modèle parmi d'autres qui permet de comprendre comment les déséquilibres se manifestent ainsi que les moyens d'y remédier, en affirmant que c'est l'Homme qui fait partie de la Nature, et qu'à ce titre, l'Homme a besoin d'être dans une relation équilibrée et pacifiée avec l'ensemble des règnes, y compris à l'intérieur de lui, pour qu'il prétende être à sa place et/ou la trouver en respectant et en honorant le Vivant.

 

Cette vision du monde replace l'Homme dans la roue de la Vie au lieu de le mettre au sommet. Tradition d'humilité et de respect, la chamanisme permet à l'Homme de se relier à tous les règnes qui n'attendent que notre ouverture de coeur et notre humilité pour oeuvrer à la guérison de la terre et des âmes en peine, mais aussi à la découverte et à l'intégration des mondes de l'Esprit, dont font parties les animaux totems, pour ne citer que cette dimension archétypale.

 

Animal totem à la fois symbole qui structure et synthétise, mais aussi archétype médiateur entre le monde de l'esprit et l'incarnation sensible de la conscience dans la manifestation physique d'un corps humain, il ne se résume pas à un tirage de carte pas plus qu'à des interprétations hâtives, réduisant sa portée à n'être qu'une belle image même de portée symbolique, dénuée de toute l'énergétique psychique dont il est à la fois le porteur, le témoin et la dynamique. Comme dans le monde des rêves. Cf COMMUNICATION ANIMALE.

 

Les pratiques chamaniques ont toutes pour points communs de pouvoir communiquer avec les esprits de la nature, l'après-vue, les âmes humaines et non-humaines, ainsi qu'avec d'autres dimensions de la conscience, et cela par divers moyens, notamment par les états de transe chamanique, états modifiés de conscience spécifique, parmi bien d'autres.

 

L'intention, l'ouverture de coeur, la bienveillance, le lâcher-prise et le calme mental sont des impératifs à ces pratiques et à ces approches. La communication avec ces mondes ayant pour résultat de pouvoir travailler sur une situation, soit ensemble de concert, soit comme simple médiateur des énergies de guérison. Le chamanisme permet de rentrer dans le temps du rêve et des quêtes de visions, et de nous extraire de cette course folle à la production et à la survie, qui consomme la Vie des Humains comme Chronos dévorant ses enfants. Une manière de sortir du temps pour entrer dans l'espace du moment présent.

 

La mode occidentale fait parfois de ces pratiques des outils de tourisme spirituel, autre version du matérialisme spirituelle, qui donne l'illusion de progresser sur un chemin, en donnant parfois des réponses bien trop rapides plutôt que de permettre à chacun d'écouter sa propre guidance, alors qu'il ne s'agit là qu'une pratique de consommation d'une fausse spiritualité au rabais, qui nourrit l’égoïsme de chacun et son désir de toute puissance et de quête de pouvoir.

 

Sans doute une dérive parmi d'autres d'un développement personnel qui ne comprend pas dans sa démarche, l'oublie ou l'exclue, la notion de verticalité, en terme de centrage, d'alignement, de cohérence et de guidance, verticalité qui n'a strictement rien à voir avec celle de savoir-être, qui est une foutaise pour occidentaux en quête légitime de retour vers son centre en lui-même. Le chamanisme demande de la rigueur et de la légèreté, de la détermination et du lâcher-prise, de la bienveillance et de la discipline.

 

Le chamanisme de se décrète pas, pas plus que ses résultats. C'est un chemin de chaque instant où la chute est toujours présente et les ouvertures de conscience toujours possibles,  où rien n'est gagné, où tout peut se perdre et être dévié, avec l'orgueil, le pouvoir et les pratiques magiques, y compris celle de faire du bien. Car qui somme-nous pour savoir ce qui est bon pour l'autre ? Rien n'est acquis, car le temps est juge. L'humilité est la base. Le Vivant sera toujours là pour vous recadrer avec bienveillance en ne vous faisant aucun cadeau.

 

Les pratiques chamaniques sont avant tout une pratique de guérison du vivant, une pratique d'apaisement des âmes perdues et de réconciliation avec les esprits guides, âmes tant malmenées par les désirs insensés des hommes et de leur volonté dominatrice folle de toute puissance sur le Vivant qui les a créé. C'est une pratique et surtout un état d'être qui permet de guérir les mieux (lieux de pouvoir en terme chamanique, lieu tellurique ou hautement vibratoire en terme de géobiologie), de passer les âmes (passeur d'âme), de libérer les énergies qui enferment les âmes dans d'anciens programmes issus de mémoires obsolètes, et d'ouvrir les consciences en les reliant à l'ensemble du Vivant. C'est aussi une pratique d'apaisement des corps et des émotions, bien malmenés dans nos sociétés prétendument modernes, qui cherchent plus le bien être et la quête du bonheur que la libération de leur âme des gangues du monde des morts et de l'ouverture de leur coeur à leur vrai nature qui est celle d'être un esprit incarné dans une conscience individualisée.

 

L'aspirant chamane est choisir par le Vivant, il n'a pas le choix. C'est un chemin de Vie qui lui est imposé en tant que nécessité impérieuse d'évolution, de compréhension et de ressenti profond, même si l'esprit du chamane fait partie de la conscience humaine, tous ne sont pas destiné à le devenir. Ce n'est pas un titre dont on se part avec fierté mais qui une fonction est lui a été donnée au sein de la communauté humaine.